Accueil : Actualités : Etude : Plus de 2/3 des salariés souhaitent que leurs employeurs les forment davantage aux technologies numériques

Etude : Plus de 2/3 des salariés souhaitent que leurs employeurs les forment davantage aux technologies numériques

Près de 40% des 3600 employés européens interrogés et 36% des répondants français, affirment que leur manque de connaissances les empêche d’utiliser les nouvelles technologies de manière efficace. Pour la France, 66% souhaitent que leurs employeurs accordent une plus grande importance aux formations. Ils sont seulement 33% à penser que leur entreprise investit assez pour les former.

34% des salariés européens et 40% en France, disent ne pas bénéficier des bons outils et équipements pour tirer parti des nouvelles technologies même les plus basiques, telles que Microsoft Office, une imprimante multifonction ou leur ordinateur ; et encore moins des technologies numériques comme l’automatisation de processus complexes !

Les différences de générations toujours plus marquées
64 % des salariés français pensent que leurs collègues les plus jeunes sont plus aptes à travailler avec de nouvelles technologies. Plus inquiétant, ils sont 33% à penser que cet avantage pourrait menacer leur travail dans un futur proche. C’est d’ailleurs la peur du changement qui est l’une des raisons invoquées par 25% des 45 ans et plus, pour expliquer la lenteur du déploiement des technologies numériques en entreprise.
Or, à chaque tranche d’âge, des besoins différents : les séniors (55 ans et plus) souhaitent pour 48% d’entre eux que les technologies numériques leur donnent un accès immédiat aux données nécessaires pour accomplir leur travail. Les jeunes (18-24 ans) souhaitent quant à eux que ces technologies facilitent le développement de l’esprit d’équipe (19%) et l’accès à leur manager (12%). Les 25-34 ans y voient une opportunité de télé-travailler plus facilement (44%).
Les 34-44 ans ont une approche pragmatique : les technologies numériques doivent éliminer les tâches répétitives (pour 42%) et permettre d’automatiser les tâches administratives (pour 39%).
Les 45-54 ans estiment de leur côté à 34% que ces technologies doivent faciliter l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

https://www.ricoh.fr/